L'allégorie à Auguste Pavie

Cartes postales anciennes et images contemporaines d'une même vue
Avatar de l’utilisateur
Site Admin
Messages: 368
Photos: 3024
Inscription: Lun 17 Avril 2006, 18:19:01
Localisation: Argenteuil (95100) - France
Nouveau messagePosté: Dim 27 Mars 2016, 15:18:49

                    

L'allégorie à Auguste Pavie

Couple de deux jeunes laotiens dans les jardins du Vat Ho Phra Kèo à Vientiane.
A gauche : photographie datée au dos 1954.
A droite : photographie Mario Gonzalez 2014.


    


Cette statue était, à l'origine, posée devant le monument d'auguste Pavie à Vientiane.
Le journal l'Illustration N° 4697 du 11 mars 1933 illustrait un article par l'image ci-dessus à gauche.


Texte du journal l'Illustration N° 4697 du 11 mars 1933 :

UN HOMMAGE A UN GRAND COLONIAL FRANÇAIS
La ville de Vientiane, au Laos, vient d'élever un monument à la mémoire d'un grand colonial français auquel on doit la conquête pacifique de ce territoire indochinois : Auguste Pavie. Né à Dinan en 1847, il avait fait ses débuts en Cochinchine comme sous-officier d'infanterie de marine, puis comme agent de l'administration des P. T. T. Chargé des travaux de construction de la ligne télégraphique de Pnom Penh à la frontière siamoise, il se livra à l'exploration du pays, dont il dressa la carte, première étape d'une œuvre admirable qui devait aboutir à la création de la Fédération indochinoise par la réunion à nos possessions d'Extrême-Orient des vastes territoires situés sur la rive gauche du Mékong. Pendant dix années, de 1885 à 1895, à la tête de sa mission, Auguste Pavie parcourut l'immense région, alors inexplorée, qui s'étend de la chaîne annamitique au grand fleuve et des frontières de la Cochinchine à celles du Yunnan et de la Birmanie. Devenu l'ami intime et le conseiller écouté du souverain de Luang Prabang, du chef des bonzes et des hauts dignitaires du royaume, Pavie jeta, à Luang Prabang, les bases du protectorat sur lesquelles repose aujourd'hui le statut politique du royaume. Nommé ministre plénipotentiaire à Bangkok, Auguste Pavie négocia avec le gouvernement siamois le traité de 1893 qui fixait les limites des deux Etats et ouvrait la porte à une entente amicale avec nos voisins de l'Ouest. En dehors de son rôle politique, il contribua grandement à parfaire la connaissance de ces régions qui lui étaient familières, recueillant une abondante moisson de documents sur la faune, la flore, la géologie, les races et relevant les itinéraires qui servirent plus tard à dresser la première carte complète de la péninsule. Partout où il passait il faisait aimer le nom de la France. Le roi de Luang Prabang, Sisavong Vong, a voulu à son tour perpétuer le souvenir du grand Français qui a laissé dans le cœur du peuple laotien un impérissable souvenir de générosité et d'humanité et il a fait ériger dans sa vieille capitale une réplique du monument de Vientiane qui sera inaugurée prochainement.

Plus tard nous trouvons nos deux jeunes laotiens devant une statue de Bouddha à coté du cloître de Vat Sisakhet, (photographie Vo An Ninh).
Il est possible aussi que cette statue ai été placé, un temps, au Musée de la révolution ; c'est ce que vous pouvez lire, en fin de page, dans l'excellent blog "Grande(s) et petites histoires de la Thaïlande".

Retourner vers Autrefois / Aujourd'hui

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron